TRAVERSER LES FRONTIÈRES : LEÇON INAUGURALE

COLLÈGE DE FRANCE

La caméra est une sorte de fétiche – Filmer au Moyen-Orient

16 OCTOBRE 2018 – AMPHITHÉÂTRE MARGUERITE DE NAVARRE - MARCELIN BERTHELOT

« À une époque où nous sommes bombardés d’images, à la télévision ou sur Internet, qu’il s’agisse d’informations ou de programmes de divertissement, et alors que la technologie et l’industrie de production d’images ne cessent de progresser et de se sophistiquer, il importe de rester résolument conscient de l’acte de représentation ; de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas seulement du "quoi" filmer, c’est-à-dire du contenu de l’image produite, mais du "comment" filmer » Amos Gitai


Que devient l’esthétique filmique si elle s’oppose au principe de l’illustration ? Cette esthétique n’est-elle pas alors également une éthique cinématographique ? Cette approche s’articulera à la question du cinéma dans un contexte géopolitique en perpétuelle métamorphose. Au Moyen-Orient plus qu’ailleurs, le geste du cinéaste se rapproche de celui de l’archéologue. Il s’agit de prendre en considération les strates, les mémoires et les histoires pour approcher les situations humaines contemporaines.

La caméra est une sorte de fétiche – Filmer au Moyen-Orient
Le documentaire comme métaphore
« Ce n’est pas moi qui politise mes films, ce sont eux qui m’ont politisé »
Représenter la guerre
Espace et structure, cinéma et architecture
Cinéma et histoire
Le cinéma est-il plus autoritaire que la littérature ?
Mythologies et mémoires collectives
Chronique d’un assassinat

© 2020 by agav