FICTION

2009

101' – Vidéo – Couleur – France

La Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres

La Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres

1/4
VENTE / DISTRIBUTION

AGAV FILMS

6, cour Berard. 75004 Paris

France

+33 (0)1 42 40 48 45

agav@amosgitai.com

AGAV FILMS
6, cour Berard. 75004 Paris – France
+33 (0)1 42 40 48 45
agav@amosgitai.com

LOGO_venise_small.png
LOGO_Toronto_small.png

Un enregistrement d’une nouvelle version du spectacle adapté du texte de l’historien antique Flavius Josèphe, donnée en ouverture du Festival d’Avignon 2009.
Le texte raconte la fin de la souveraineté juive en Palestine après la guerre contre les Romains, la prise de Jérusalem, la destruction du Temple et la chute de Massada. Dans cette mise en scène à la carrière de Boulbon, le rôle de l’historien est tenu par Jeanne Moreau.
Une méditation lyrique et politique sur l’état du Moyen-Orient aujourd’hui.

Amos Gitai est un familier des sept volumes documentés de La Guerre des Juifs, le récit par l’historien Flavius Josèphe de la prise de Jérusalem par l’empire romain et de la fin de la souveraineté juive, en 70 après J.-C. Il en apprécie le minutieux travail de reportage, en aime le ton, mêlant récit et Histoire, le style, entre épopée et description intime. Car Flavius Josèphe appartient aux deux camps. Par sa naissance, son éducation et ses combats, il est de grande famille juive et mène la guerre contre Rome en Galilée. Par nécessité, il devient romain. Fait prisonnier, laissé en vie à condition de rapporter les triomphes romains, il endosse un patronyme latin et entre de plain-pied dans la culture impériale. Les Romains savaient que, pour asseoir leur suprématie, ils devaient glorifier le peuple qu’ils avaient conquis. Amos Gitai trouve des résonances contemporaines à ce texte en faisant, dans sa lecture, dialoguer tradition et modernité. Le cinéaste est ainsi allé filmer, au sud de Jérusalem, la forteresse de Masada, dernier refuge des patriotes juifs qui préférèrent se donner la mort plutôt que de devenir esclaves. À Avignon, ces images sont projetées sur d’autres murs naturels, au sein d’un autre univers minéral, la carrière de Boulbon, comme deux espaces en miroir. Les paroles aussi se répercutent d’écho en écho : elles deviennent chants, sons, musiques, bruits. Elles passent d’une langue à une autre, français, hébreu, yiddish, arabe, anglais. Elles incarnent un pouvoir ou l’autre, suscitant les interrogations : qui est l’occupant et l’occupé, l’empire et son rebelle, le légitime et le hors-la-loi, dans un monde où chacun combat désormais à front renversé ? À ciel ouvert et à risques déployés, La Guerre des fils de lumière contre les fils des ténèbres est un enjeu acoustique, un manifeste spatial, un défi du jeu. C’est la roche, autant que les voix, qui chante à Boulbon ; ce sont les mouvements et les images qui occupent l’espace dans cette guerre de territoires ; c’est Jeanne Moreau qui interprète ce cantique des pierres et incarne, aux côtés de Jerome Koenig et d’autres acteurs-chanteurs de différents pays, le narrateur de ce récit historique.

Antoine De Baecque

« Musique, sons, timbres des voix, lumières, la carrière de Boulbon est le protagoniste central
de cette plongée dans le temps qui nous reconduit au présent. [...] Il ne s’agissait pas, pour Amos Gitai, d’élaborer un spectacle “théâtral”. [...] Ici, on est du côté de la lecture avec percées, “flèches” d’action. L’action est encore de la parole. C’est qu’il y a une telle vie dans la chronique de Flavius Josèphe, une telle puissance narrative, évocatrice, que toute illustration serait vaine
et en dessous du récit lui-même.
»

Armelle Héliot, Le Figaro, 8 juillet 2009

Avec Jeanne Moreau, Jerome Koenig, Éric Elmosnino, Mireille Perrier, Gérard Benhamou, Shredy Jabarin, Menachem Lang Musique Shahar Even Tzur, Yahel Doron, Alexei Kotchetkov, Tamar Capsouto (chant)

Lumière Jean Kalman Image Robert Alazraki, Ben Gitai Son Michel Kharat, Frédéric Prin Montage Isabelle Ingold Conseil littéraire Marie-José Sanselme Conseil scénographie Chloé Obolenski

Production Laurent Truchot Avec la participation de France Télévision, Centre national de la cinématographie

 

FESTIVAL

Locarno : Festival internazionale del film 2009 – Film d’ouverture