FICTION

2020

97' – DCP – Couleur – Israël

Laila in Haifa

Laila in Haifa

1/6
VENTE / DISTRIBUTION

HANWAY FILMS

24, Hanway Street. London W1T 1UH

UK

+44 (0)20 7290 0750

info@hanwayfilms.com

www.hanwayfilms.com


AGAV FILMS

6, cour Berard. 75004 Paris

France

+33 (0)1 42 40 48 45

agav@amosgitai.com

HANWAY FILMS
24, Hanway Street. London W1T 1UH – UK
+44 (0)20 7290 0750
info@hanwayfilms.com
www.hanwayfilms.com

AGAV FILMS
6, cour Berard. 75004 Paris – France
+33 (0)1 42 40 48 45
agav@amosgitai.com

VISIONNER UN EXTRAIT
VOIR LE DOSSIER DE PRESSE
VOIR LE DOSSIER DE PRESSE
LOGO_venise_small.png
LOGO_Toronto_small.png

Cinq femmes, cinq histoires, une nuit. Porté par des acteurs israéliens et palestiniens, LAILA IN HAIFA (Une nuit à Haïfa) nous fait partager les histoires croisées de cinq femmes qui refusent de se laisser enfermer dans des catégories toutes faites. À travers une série de rencontres et de situations qui se produisent une nuit, dans un club du port de la ville, le film propose des instantanés de la vie contemporaine, dans l'un des derniers espaces fréquentés aussi bien par les Israéliens que par les Palestiniens. Le club lui-même est un paramètre essentiel du film.

Dans cette comédie tendrement ironique, Amos Gitai livre un regard sensible et résolument humaniste sur la vie dans cette région. LAILA IN HAIFA est une parenthèse de rencontres et d’échanges dans un Moyen-Orient par ailleurs submergé par la violence et par la haine.

L’art peut-il créer un espace qui laisse s’exprimer des identités différentes, tout en recherchant les moyens d’une coexistence pacifique ? En juxtaposant des fragments d’histoires, le cinéma peut-il créer une trame humaine commune ?


NOTE D’INTENTION

Une nuit sombre et humide dans la ville portuaire d’Haïfa. Nous entrons dans un bar, pour découvrir l’exposition d’un photographe israélien engagé, Gil. Dès sa rencontre avec la directrice de la galerie, Laila (dont le prénom arabe signifie également « nuit » en hébreu), nous sommes emportés dans un dédale de relations humaines.

Le club Fattoush est un refuge pour des personnes de toutes origines : hommes et femmes, hétéros et homosexuels, juifs et arabes, radicaux et modérés. Nous y découvrons que nous pouvons être différents, mais que nous n’avons pas besoin pour autant de tuer ou détruire l’autre. Chaque société a besoin de « l’Autre parmi nous ». C’est une caractéristique de la modernité, au-delà du Moyen-Orient. Et nous, l’artiste, le cinéaste, le vagabond, nous pouvons simplement tenter de nourrir l’espoir à travers des œuvres d’art, des textes, des films. Après tout, nous sommes juste une brique dans le mur.